— Homepage / Mémoire orale / Anciens combattants marocains /

Abderrahmane SALIHINE

Ancien combattant marocain
Né en 1918
Engagé en 1941

Abderrahmane SALIHINE
Abderrahmane SALIHINE
/
Les séquences

InterviewerLoïc Le Loët
TraducteurAhmed Nokri
Lieu : Foyer ADOMA, Bordeaux

Retranscription de l’interview

Ahmed NOKRI – Alors vous allez vous présenter… Comment vous vous appelez, votre nom, votre prénom et l’origine de votre lieu de naissance.

ABDERRAHMANE SALIHINE – [Répond en arabe – traduction ensuite]

Où vous êtes né ?

À Meknès…

Quand vous vous êtes engagé, vous aviez quel âge ?

Nous étions 2 à nous engager… Je suis né en 1923 et…c’était à Meknès.

Mon frère, il avait 20 ans, moi, on m’a mis 18 ans…

C’était à Ben Soltan ben orejia, à 25 km de Rebouka. Le bureau, c’était sur le marché, c’est-à-dire le souk, c’était un marché semainal [hebdomadaire].

Je suis de la province de Rodigba de la Quillada, c’est-à-dire

Je ne me suis pas engagé, c’est eux qui nous ont obligé, c’était eux qui nous ont amenés !

Lorsque le roi était exilé à Madagascar, ils ont dit : « vous ne restez pas ici, vous allez tous en prison », ils nous ont chassé, « vous ne restez pas là ! ».

Pouvez-vous nous parler de l’engagement lui-même ?

En 1939, nous sommes partis de Casa à Tanger.

Après à Paris. De Paris, nous sommes partis à Marseille puis à Lagouira (?)

On avait subi une attaque par deux bombes sur quatre kilomètres.

Là-bas, nous sommes restés, aux armes, à attendre.

Puis individuellement on nous a remis un fusil, puis on est monté à la montagne jusqu’au matin.

Et là, nous sommes partis à Lagouira (?), la forêt, puis Arnhem, la Belgique et Aix-les-Bains…où il n’y avait pas de trace de guerre. Alors, on a fait appeler un train pour nous amener en Corse.

On nous a laissés sur une plage là-bas. Ceux qui avaient pas de garde ont passé leur temps dans la forêt à cueillir des pommes, des amandes, préparer le thé… C’était une sorte de paradis !

On nous avait aussi promis l’apprentissage de la langue… Deux heures par jour… Mais, cela n’a jamais été fait.

On est restés ainsi jusqu’à notre transfert par le train à Aix les Bains.

Aux alentours d’Aix les Bains et de la Belgique, un avion nous a attaqués et a largué deux bombes, qui ont coupé le train en deux ! Heureusement, il n’y a eu ni blessé ni mort sauf des dommages matériaux qu’a subi le train.

Nous avons continué ainsi jusqu’à ce que nous soyons faits prisonniers par des Allemands. Apparemment, ce sont des Français qui nous avaient dénoncés, des officiers, rendus aux Allemands. On a été faits prisonniers. J’ai passé un an et trois mois dans la prison.

Et en Indochine ?

En Indochine… Nous n’avons rien vu ! Que la nuit et la lumière…

Les chinois se cachaient sous l’eau en utilisant la technique de la paille, ils attaquaient qu’une fois que l’ennemi était passé après eux.

Avez-vous obtenu vos droits en France ? Ils vous ont donné votre droit ou pas ?

Depuis que je suis là maintenant, j’ai demandé l’intervention d’un avocat. Depuis le ramadan, je n’ai rien touché.

Je ne lui ai rien dit. Je sais pas moi…je ne l’ai pas vu.C’est l’autre…c’est la banque.

Nous sommes dans une caserne aujourd’hui, d’accord, nous sommes là maintenant au foyer du Médoc. C’est là la caserne !

Je ne me suis pas engagé. C’est vous qui m’avez obligé à être engagé ! Donc vous me donnez mon argent… Ils ne m’ont rien donné, ils ne m’ont donné aucun centime ! Ils n’ont pas voulu, pas encore… Donc on a tout refait au niveau des paperasses, la carte… Donc, et on attend pour le 28. Et ils n’ont pas voulu me donner mon argent…

Moi je voudrais juste mon droit, je voudrais mon argent. Ils nous ont forcés à venir. Ils nous ont forcés à nous engager et ils nous ont chassés. Nous étions trois. Il y en a 2 qui sont morts et je suis le seul survivant.

Est-ce que vous avez des amis ici ?

Je n’ai personne ici, je n’ai personne.

Ils te donnent même pas 2 euros

Né en 1918

Partager :

InterviewerLoïc Le Loët
TraducteurAhmed Nokri
Lieu : Foyer ADOMA, Bordeaux

Les séquences (10)

Autres témoignages

Hassan SEFFOUR
Anciens combattants marocains

Hassan SEFFOUR

Ahmed AAMARA
Anciens combattants marocains

Ahmed AAMARA

M’Barek AKANAÏS
Anciens combattants marocains

M’Barek AKANAÏS

Zaïd ALHOU
Anciens combattants marocains

Zaïd ALHOU

Comprendre le contexte historique

Retrouvez tous les détails historiques et faits marquants de ce témoignage ci-dessous.

De la mobilisation à la débâcle…
Anciens combattants marocains

De la mobilisation à la débâcle…

Gagner la guerre depuis l’Afrique
Anciens combattants marocains

Gagner la guerre depuis l’Afrique

Indépendances et gel des pensions
Anciens combattants marocains

Indépendances et gel des pensions